Réconforter les collectifs – Parole à Solène Wete

Article by · 3 juillet 2020 ·

Réconforter les collectifs

La pandémie a semé le chaos dans nos organisations, quels impacts a eu cette crise sur les collectifs ? Qu’ont-ils vécu ? Qu’est-ce que l’on retire de l’expérience ?

Dans notre EHPAD, la crise épidémique a contribué au renforcement de la cohésion du collectif et a mis en lumière le professionnalisme, les compétences et l’engagement de nos collaborateurs. Ces derniers étant présents sur le front, en première ligne, et n’ont jamais failli à leurs missions, faisant preuve d’entraide et de soutien.

Tous étaient particulièrement inquiets pour la santé des résidents, pour celle de leurs proches, mais également pour la leur. Chaque jour passé, sans que le virus ne soit rentré dans l’établissement, était vécu comme une victoire à la fois personnelle et collective. Chacun d’entre nous a ressenti une grande fierté et un immense soulagement d’être parvenu à affronter cette crise sans qu’aucun résident n’eût été contaminé.

Le collectif s’est mobilisé dès le début mars. En très peu de temps, nous avons dû repenser notre organisation de façon à mettre en place les mesures de confinement et à rendre les services étanches les uns vis-à-vis des autres pour limiter le risque de propagation d’une épidémie au sein de l’établissement. Chaque collaborateur a participé spontanément à l’élaboration de cette nouvelle organisation, permettant ainsi de prendre en compte en un temps record les milles et uns détails qui façonnent notre fonctionnement complexe. Sans la participation active de chaque individu composant le collectif, les rouages de notre organisation se seraient souvent grippés, au détriment de la qualité d’accompagnement des résidents. Une poignée d’entre nous n’aurait pu y parvenir seule.

Plus tard, dans le cadre du déconfinement progressif de la résidence, nous avons de nouveau repensé et réaménagé notre organisation au fur et à mesures des différentes annonces du gouvernement autorisant peu à peu les EHPAD à assouplir leur fonctionnement. Ce travail a été très sollicitant pour notre collectif, il a toutefois révélé la grande capacité d’adaptation et d’innovation de nos collaborateurs.

Cette crise a finalement rendu notre collectif plus fort et plus armé pour affronter les challenges de demain. Nous souhaitons aujourd’hui capitaliser sur les innovations organisationnelles qui ont ponctué notre quotidien ces derniers mois. Notre volonté est de les intégrer à l’EHPAD que nous imaginons pour demain, toujours plus efficient, et toujours plus tourné vers l’humain.

Comment se réorganiser et capitaliser collectivement sur cette période ?

Ces quatre dernières années, nous avons développé une culture d’entreprise visant à faire de l’efficience organisationnelle un levier de qualité de vie au travail pour un meilleur accompagnement des résidents.

Cette démarche a conduit notre collectif à apprendre à créer le changement ensemble. Elle s’est notamment traduite par un partage des contraintes et enjeux de chaque corps de métiers pour une meilleure collaboration interservices. Nous nous sommes également attachés à développer une solide relation de confiance au sein du collectif, permettant ainsi aux collaborateurs et managers d’identifier ensemble des améliorations organisationnelles.

Cette démarche préalable a facilité la réactivité et la participation spontanée du collectif dans la réalisation des changements organisationnels indispensables pour faire face au risque épidémique. Nous avons ainsi pu expérimenter dans un contexte de crise inédit l’efficacité de notre fonctionnement et la pertinence du projet d’entreprise que nous portons collectivement.

Quels sont les rôles des managers pour réconforter les collectifs ?

La crise a été particulièrement éprouvante pour nos collaborateurs, aussi bien sur le plan physique que psychique. Dans ce contexte, l’écoute et le soutien des managers étaient essentiels. Le réconfort apporté par le personnel d’encadrement ne devait pas seulement se traduire par des mots, mais également par des actions concrètes visant à faciliter les missions des collaborateurs dont la charge de travail s’était décuplée.

Les managers avaient également la responsabilité, pendant les moments de doutes et d’inquiétude, de redonner du sens aux missions de chacun, d’apporter de la réassurance et de l’optimisme. Ces prérogatives pouvaient être parfois difficiles à porter dans un contexte aussi stressant que celui d’une crise. Il était donc essentiel que les managers puissent trouver entre eux et auprès de leur direction du soutien, de l’écoute et de l’entre-aide.

Quelles sont les suggestions/et ou conseils à formuler aux dirigeants pour accompagner les équipes ?

Compte tenu de notre expérience, je conseillerais aux dirigeants de ne pas chercher à trouver seuls les réponses aux très nombreuses problématiques auxquelles font face leurs équipes dans un contexte de crise. Mais plutôt, de s’appuyer sur l’implication et la participation active du collectif, fort des innombrables talents et compétences dont il est constitué. Comme le dit le célèbre adage, seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.

Il me parait également essentiel pour les dirigeants de pouvoir se tourner vers des pairs, ou des personnes de confiance extérieures à l’entreprise, afin d’exprimer les inquiétudes légitimes qu’ils portent dans un contexte particulièrement éprouvant. C’est bien connu, il faut prendre soin de soi, pour mieux prendre soin des autres.

 

Par Solène Wete, directrice de l’EPHAD Résidence Les Cyclamens


    Leave a comment

    X