Réconforter les collectifs – Parole à Catherine Brossat

Article by · 2 juillet 2020 ·

Réconforter les collectifs

La pandémie a semé le chaos dans nos organisations, quels impacts a eu cette crise sur les collectifs ? Qu’ont-ils vécu ? Qu’est-ce que l’on retire de l’expérience ?

« Je me suis sentie inutile », « j’ai été déconnecté de certains collègues, j’ai eu un sentiment de culpabilité », « les échanges informels m’ont manqué », « l’organisation entre vie privée et vie professionnelle a été difficile », « j’ai appris à gérer différemment mon activité », « le télétravail m’a permis d’être plus efficient et je suis moins fatigué » 

Ces verbatims de mon équipe, composée de 15 personnes, illustrent bien que nous avons tous vécu des expériences différentes, un champ des possibles a été ouvert. En tant que manager il m’a semblé important de permettre à chacun d’exprimer son vécu de manière individuelle et collective.

Les expériences du télétravail subi ont été diverses. Alors que pour quelques-uns il n’a pas été possible de télétravailler, pour d’autres le télétravail a été l’opportunité d’un travail plus efficient. Et bien souvent, des compromis ont dû être trouvés pour concilier vie privée et vie professionnelle.

Les collectifs existants ont été mis à mal. Chacun a fait comme il pouvait pour les préserver, avec de nouveaux outils, sans y être préparé et dans des conditions difficiles. Aujourd’hui, nos collectifs sont à repenser, à reconstruire progressivement et ensemble en tenant compte de notre vécu et des lignes directrices de notre entreprise de 2000 salariés.

Comment capitaliser et se réorganiser collectivement sur cette période ? 

Animer un retour d’expériences sous un mode participatif est de mon point de vue nécessaire pour apprendre de cette épreuve inédite. L’objectif est de tirer des enseignements indispensables à la transformation de notre organisation.

Le temps d’échange que nous avons organisé a permis de partager les vécus respectifs et d’identifier à la fois les points positifs à préserver et les points de tension à traiter. Pour cela, les facteurs de risques « Gollac » peuvent guider la réflexion : exigences au travail – exigences émotionnelles, autonomie – marges de manœuvre, rapports sociaux – relations de travail, conflits de valeur, insécurité socio-économique, environnement de travail.

Il ne faut pas sous-estimer l’exercice, il n’est ni aisé, ni habituel d’autant plus dans cette situation.

Dans le cadre des objectifs et priorités de notre entreprise qui seront réajustés, ce retour d’expérience et les échanges qui vont suivre, doivent nous permettre d’identifier les axes de coopération à réactiver ou à développer au niveau de notre équipe. Il est également  important de recréer les conditions pour réaliser du bon et beau travail, en multipliant les échanges, en requestionnant la fréquence des réunions d’équipe, leurs modalités, … en soutenant les occasions de travailler en collectif etc.

Quels sont les rôles des managers pour réconforter les collectifs ?

Pour moi, le manager est au service du fonctionnement de son équipe, il soutient, accompagne la réalisation du travail, régule les relations et facilite les arbitrages collectifs. Dans cette étape de reconstruction des collectifs, le retour d’expérience est indispensable mais il ne doit pas s’imposer au collectif. Pour que cela soit possible, les liens avec chacun des collaborateurs ont été renforcés et il a fallu maintenir voire reconstruire la relation de confiance et la dynamique collective. Pour moi, une des conditions de réussite est d’accueillir les individualités et de mettre en partage les expériences singulières. Les capacités d’écoute et de régulation sont capitales. 

Le télétravail subi a développé des marges de manœuvre, de l’autonomie et des prises d’initiative. Mais il convient aussi de repérer et de partager les peurs, les craintes à la fois chez les collaborateurs et le manager. Pour réconforter les collectifs, il faut croire à l’engagement de ses collaborateurs et leur accorder une réelle confiance. Le travail et les conditions du travail après cette crise vont changer et le manager est le facilitateur de la transformation qui s’est amorcée.

Quelles sont les suggestions/et ou conseils à formuler aux dirigeants pour accompagner les équipes ?

Il est donc important que les dirigeants aient réalisé eux aussi un retour d’expérience avec leur collectif de managers, il doit lui aussi bénéficier d’une analyse de son vécu pour lui permettre de s’engager et d’accompagner les collectifs. 

C’est l’occasion de redonner un nouveau souffle à l’entreprise en transformant son organisation ; de repenser les collectifs, leur animation et leur management ; de notamment inscrire le télétravail comme une modalité organisationnelle comme une autre … en fait c’est préparer les adaptations et/ou réorganisations profondes, les mettre en œuvre et les évaluer collectivement et ainsi nous permettre d’être un peu plus prêts pour de nouvelles épreuves.

Cette crise est une opportunité, elle a permis de repositionner l’Humain au cœur du fonctionnement de la société et de l’entreprise. Il ne tient qu’à nous de tirer les enseignements pour améliorer le fonctionnement de nos entreprises.

 

Catherine Brossat – Ingénieur Conseil – Manager au sein de la CARSAT

Prévention des Risques Professionnels

Groupe CI2T – Compétences Innovation Travail Transformation

Membre actif du COTEC Elence


    Leave a comment

    X