Intégrer la Qualité de Vie et la Santé au travail dans les programmes d’enseignements : la situation dans les Grandes écoles en Auvergne Rhône-Alpes

Article by · 27 février 2018 ·

Placer l’humain comme facteur clé du développement et intégrer Qualité de Vie et Santé au travail dans les entreprises : une initiative avant-gardiste pas si facile à mettre en place. Pour mieux appréhender cette évolution, les grandes écoles d’Auvergne Rhône-Alpes accompagnées par le programme Élence, adaptent l’enseignement des futurs managers et ingénieurs

D’une part, la qualité de vie au travail influe sur la performance globale de l’entreprise. D’autre part, si les entreprises veulent recruter et surtout retenir les collaborateurs, elles doivent prendre en compte ce paramètre.

« La jeune génération est plus sensible que les précédentes aux notions d’épanouissement personnel, de sens au travail, de responsabilité sociétale des entreprises, d’éthique et de qualité de vie. » explique Didier Cote, préventeur à la Carsat Rhône-Alpes et responsable local du programme national « parcours vers l’emploi . L’enjeu pour les entreprises qui ont décidé d’inscrire l’humain comme facteur clé de leur développement est d’arriver à se transformer de l’intérieur, à commencer par le management.

Le challenge est de taille. Pour accompagner les entreprises dans une telle évolution, il est nécessaire d‘adapter les enseignements des futurs managers et ingénieurs. C’est l’action proposée par l’Alliance des grandes écoles de Rhône-Alpes Auvergne (AGERA) dans le cadre du projet Élence.

L’AGERA coordonne le projet auprès de 49 contributeurs, 26 grandes écoles et 17 experts. En pratique :

  1. Un premier état des lieux a été mené dans une vingtaine d’écoles du réseau. Il a permis de faire le point sur l’intégration des enseignements sur la santé et la qualité de vie au travail dans les cursus.
  2. Ces questions ont également été examinées dans le fonctionnement des écoles, notamment sur les liens entre l’école, l’étudiant et l’entreprise, lors des périodes de stage.
  3. Puis des journées collectives ont été organisées entre septembre 2016 et novembre 2017, pour sensibiliser les personnels des écoles : enseignants RH, management, directeurs des études, responsables de services et membres de CHSCT.

« L’idée générale est d’instaurer une chaîne vertueuse entre l’enseignant, l’étudiant ou l’apprenti pour amener les questions de santé et sécurité au cœur de l’entreprise », précise Didier Cote.

Bien sûr, c’est une action qui s’inscrit dans la durée pour les entreprises et les écoles, car « la sécurité et santé au travail, si elle n’est pas enracinée dans une expérience en entreprise, peut être difficile à appréhender pour un étudiant. » explique Didier Cote.

Élence réunit plus de 150 partenaires qui participent à des expérimentations menées auprès des entreprises et des acteurs de la formation initiale et continue.

    X